Les 80's undergound: Keith Haring

Qui n'a pas déjà croisé une peinture ou une sculpture de Keith Haring, artiste majeur des années 80 et activiste Américain? C'est un peu le genre d'artiste que tout le monde connait sans trop savoir de qui il s'agit, un peu comme Roy Lichtenstein, tout du moins c'était mon cas il n'y a pas si longtemps, C'est à NY, plus particulièrement dans l'East Village que ce jeune artiste découvre la culture alternative des années 80, qui hors des galeries et des musées, développe son expression sur de nouveaux territoires : rues, métros, entrepôts, etc. C'est aussi l'mmersion dans la culture underground New Yorkaise lorsqu'il participe à des performances et des expositions au Club 57, lieu mythique et temple de l'élite avant gardiste de l'époque.




Expo Crack is Wack à Manhattan en 1985


Je crois que même si je ne suis pas forcément en extase devant ses diverses créations, j'ai toujours eu beaucoup de respect et une profonde admiration pour les artistes qui viennent de la rue. Haring à le profil parfait pour me plaire: il commence à dessiner à la craie blanche sur des panneaux publicitaires noirs du métro de New York. Il grave également des dalles de grès des trottoirs dans l'East Village (elles sont toujours présentes de nos jours). Et bah ça c'est quand même la classe, ça vaut toutes les galleries du monde à mes yeux: le contact direct avec les gens, arriver à surprendre les passants depuis 30 ans bientôt...



En fait Keith Haring est un peu le Pierre Cardin de l'art Contemporain. Il a été le premier à ouvrir une boutique (le Pop Shop) dans laquelle on trouvait des objets de la vie courante(vêtements, poster,objets...) qu'il avait relooké. Evidement contesté par tous à lépoque, ce qui permettra à son oeuvre quelques années plus tard d'être considérée comme une des plus importante du 20ème siècle...




Malheureusement comme beaucoup d'artiste de l'époque il décèdera du virus du SIDA en 1988 à l'age de 31 ans.


JC De Castelbajac à rendu hommage à Haring en créant des robes qui reprennent certaines de ses créations.




Je trouve que cette paire d'Adidas montre à quel point les grands artistes sont intemporels...


Je finit avec cette phrase trouvée sur wikipédia qui résume bien le personnage: "Keith Haring a laissé une œuvre où l'innocence cache une réelle inspiration, comme si l'artiste n'avait jamais voulu grandir et qu'il regardait le monde avec des yeux d'enfant pour mieux parler des adultes."



Expo Keith Haring du 22 Février au Juin au Musée d'art Contemporain de Lyon


Très bon article sur Wikipédia: http://fr.wikipedia.org/wiki/Keith_Haring




16 commentaires:

Fred The Mole a dit…

Sympa ton sujet sur Keith Harring.
Je me souviens bien de lui et de son bébé radieux
La figuration libre et tout ça ...

Fred the Mole

frieda l'écuyère a dit…

Moi aussi, ça m'évoque tout une époque. Keith Haring ou l'artiste très merchandisé mais avec du vrai style dedans.

Sasha a dit…

J'adore Keith Harring, et je trouve ton article très sympa: loin de la confusion lourde de détails inutiles qu'on trouve souvent.
Dommage que Lyon y ait droit et pas Paris, seul regret...

Pierre-Jean a dit…

J'ai une mauvaise approche de keith haring, pourtant il y a encore du bon dans la culture hip hop des années 80 ans et c'est un univers graphique qui nous suivra encore longtemps...
Une réflexion, de l'art primitif pop ou pop primitif ? Cela n'engage que moi. @ +++

Ps : je pense que tu auras eu mon mail. Tiens moi au parfum Mlle Montaigne... Kiss

yasmine a dit…

Sympa ce blog :)
Bien construit ton article j'aime bien

p'tite mademoiselle a dit…

J'aime vraiment beaucoup cet artiste, comme tu le remarques, il est intemporel, par ses oeuvres, mais aussi par sa fondation pour la recherche sur le virus du sida qui existe toujours. J'avais moi-même fait un article sur cette expo dans mon bog il y a un petit moment et c'est là que j'ai découvert autre chose que ses bébés radieux, à ma très agréable surprise.

gé a dit…

Il y a une fresque de Keith Haring à l'Hopital Necker si je me souviens bien...C'est vrai que c'est la steet culture dans toute sa splendeur. J'adore le panneau crack is wack

Ness.B a dit…

Merci pour l'info, vivant à Lyon, je vais surement allé y faire un tour, j'aime beaucoup.

Amylee a dit…

La phrase de conclusion résume très bien le travail de Mr Haring !

missy a dit…

super intéressant ce post, je connaissais ces silhouettes sans jamais avoir mis de nom dessus...shame on me ;)

M'ili a dit…

Excellent ce post, j'ai un article sur l'expo depuis 3 mois sur mon bureau et je me répète: "le WE prochain tu vas à Lyon". J'espère que ça arrivera d'ici juin, je ne désespère pas!

pacco a dit…

Yes, super article, à la même époque, mais dans un tout autre style, il y avait aussi un petit Haïtien du nom de Basquiat.
New york, à cet époque, ça délirait sévère !!!

A bientôt.

MarieMagenta a dit…

Je ne connaissais pas... Merci de me l'avoir fait découvrir ! J'aime beaucoup ce qu'il fait ; théoriquement ça ne devrait pas être ma tasse de thé mais on ne peut pas passer à côté de ce talent-là. C'est enfantin et tellement émotionnel à la fois...

marie a dit…

Génial ce mec, merci pour ce billet :)

mademoiselleb a dit…

Effectivement voyais très bien de quoi il s'agissait sans pouvoir mettre un nom sur l'artiste.
C'est désormais chose faite grâce à ton blog. Je trouve que tu as une façon d'écrire et de décrire très légère, qui donne envie de continuer à parcourir ton blog, j'aime beaucoup.

Boudic a dit…

Pfff...